Le cyberharcèlement est passible de 3 ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende